DÉSERT

Quand le nord est au sud

Quand les ports se consument 

Quand c’est l’air qui se fond 

Et le corps qui s’inonde

 

Sens le sang qui se noue

Le regard qui s’échoue

Le lèvres se scellent

Le silence en sirène

 

Le désert

 

Quand les couleurs s’emmêlent

Quand le son a déteint 

Sur le teint qui se blême

Et quand l’ombre s’éteint 

 

Quand le nord est au sud

Quand les ports se consument 

Quand c’est l’air qui se fond 

Et le corps

 

Un désert